Courrier à France 5 suite à l’émission du Magazine de la Santé (du 27/01/16)

Objet : Réaction suite à l’émission du 27 janvier 2016 du Magazine de la Santé (France 5)

Bonjour,

Nous sommes les représentant-e-s de l’association TRANS INTER action (association d’entraide et d’action pour les personnes trans et/ou intersexes), et nous souhaiterions réagir suite à l’émission « le Magazine de la santé » diffusée sur France 5 le 27 janvier 2016.

Le magazine de la santé est une émission réputée sérieuse, or lorsqu’il est question de transidentité, cette règle ne semble plus s’appliquer. Vous faites venir un journaliste sportif pour parler d’un sujet qu’il ne connaît clairement pas, ce qui a pour conséquence des erreurs mais surtout la promotion de stéréotypes dommageables pour les personnes trans et intersexes.

Premièrement, le titre du sujet est extrêmement insultant : « ces athlètes féminines…qui sont des hommes ». Insultant pour les athlètes trans qui sont avant tout des femmes… (quelle que soit l’apparence de leurs organes génitaux !), insultant pour les athlètes cisgenres (non trans donc) qui ont des taux hormonaux un peu en dehors de la norme mais qui ne font pas d’elles des hommes pour autant.

On notera aussi que vous ne parlez pas du tout de la situation des hommes trans dans le milieu sportif où la testostérone est bannie car considérée comme un produit dopant alors qu’il s’agit pour eux d’un traitement hormonal essentiel. Là ça ne semble gêner personne qu’ils se retrouvent parfois désavantagés par rapport aux athlètes cisgenres hommes (ossature et taille souvent moins importante que chez les hommes cisgenres). Au final, les différences entre athlètes trans et cisgenres, aussi bien chez les hommes que chez les femmes, n’est pas plus importantes qu’entre individu-e-s cisgenres… : Personne ne trouve dérangeant que V. Williams affronte Li Na par exemple….(or elles n’ont pas vraiment le même gabarit).

Concernant the Danish Girl :

Il s’agissait d’une femme trans, or vous en parlez quasi constamment au masculin (« lui », « le », « un des premiers transsexuels », etc.)

Vous parlez d’elle comme de la ‘première personne trans’. C’est bien sûr complètement faux : il est question d’une des premières chirurgies génitales. Les personnes trans ont toujours existé.

Comme vous l’aurez remarqué en lisant ce courrier, « trans » est un adjectif, et pas un nom. Les personnes trans sont avant tout des personnes et méritent autant de respect que les personnes cisgenres. Cela peut vous paraître un détail, mais nous vous assurons qu’il n’en est rien. Parler comme vous le faites des personnes trans nuit gravement à la façon dont elles sont perçues, et renforce ainsi la transphobie dont elles sont victimes…

Il n’a jamais été prouvé que Gerda était lesbienne. Elle aurait réalisé des peintures érotiques mettant en scène des femmes ensemble, mais c’est tout ce que l’on sait, apriori. Il est totalement hors de propos de pouvoir présumer que cela serait une « raison » de la transidentité de Lili Elbe… Ce genre de propos propage malheureusement le stéréotype que les personnes trans transitionneraient pour satisfaire leur conjoint-e ou parce qu’iels n’assumeraient pas leur orientation sexuelle…. Ce qui est bien sûr parfaitement faux…

Concernant la mannequin Jenna Talackova:

« Ne me dites pas que c’est un homme ?! » « Et si…enfin, c’était un homme mais voilà, elle s’est faite opérer. » Ces propos, tenus respectivement par Michel Cymes et Gilles Goetghebuer, propage l’idée que seule une opération génitale valide le genre d’une personne : On est un homme, on se fait faire un vagin et hop on est ENFIN une (vraie) femme….

C’est une affirmation particulièrement transphobe : Le genre de quelqu’un n’est pas lié à ses organes génitaux. Or considérer que seule une opération génitale détermine le genre de quelqu’un nie le genre de toutes les personnes qui ne font ou ne veulent pas d’opération génitale (parce que pas de moyens financiers, parce que pas envie etc). On peut être une femme tout en ayant des testicules (et oui M. Cymès!), on peut être un homme et avoir conservé son vagin… sans pour autant être une bête curieuse….

Sur le sport proprement dit :

Comme nous le disions auparavant lors de notre introduction : les performances entre personnes femmes trans et femmes cisgenres ne sont pas plus différentes que celles entre femmes cisgenres. Idem pour les performances des hommes trans par rapport aux hommes cisgenres. Pour la simple et bonne raison que les personnes trans ne concourent pas dans la catégorie correspondant à leur genre de réassignation lorsqu’elles n’ont pas recourent à un traitement hormonal… (leur conférant des aptitudes physiques comparables aux autres sporti-f-ve-s). M. Goetghebuer l’a précisé après mais en soutenant que ça ne suffisait pas selon lui…

Iran : « beaucoup d’homo décident de se faire opérer ». Là aussi ces propos sont graves, car bien que vous précisiez que l’homosexualité est passible de mort en Iran, le fait est que non, beaucoup d’homo ne « décident » pas de se faire opérer, mais y sont contraint pour des questions de survie… Il ne s’agit pas de personnes trans ! Il s’agit de personnes cisgenres homosexuelles qui n’ont d’autre choix que de subir des mutilations génitales pour que leurs relations soient perçues comme hétérosexuelles….

L’athlète Caster Semenya est intersexe. Elle ne souffre d’aucune maladie, elle est juste… intersexe. Elle a subi une couverture médiatique extrêmement humiliante et c’est vraiment dommage que vous n’en n’ayez pas parlé, d’autant que vous concluez en la pathologisant en affirmant qu’elle souffre d’une maladie. Elle a surtout souffert de la stigmatisation du au fait de ne pas correspondre à ce que l’on considère comme la « norme »…

Nous vous appelons donc à rectifier ces différents points lors d’une émission ultérieure. Soyez bien assurés de notre bienveillance : nous sommes conscient-e-s que les erreurs et stéréotypes propagé-e-s sont du-e-s avant tout à de l’ignorance et non de la malveillance de votre part, c’est pourquoi il nous apparaît d’autant plus important que vous preniez le temps de rectifier le tir.

Nous serions prêts à proposer une intervention de sensibilisation à la « transitude » (le fait d’être trans) auprès de l’équipe de journalistes voire même auprès des responsables de la programmation de la chaîne .

Ainsi que, éventuellement, participer à l’une de vos émissions pour informer sur le sujet.

Pour conclure, vous trouverez ci-joint notre charte média, qui détermine une ligne de conduite lorsqu’il est question d’aborder la transitude et de parler de personnes trans dans les médias. Ces derniers ayant, on ne peut le nier, une influence majeure sur la façon dont la société perçoit , entre autres, les minorités…

Bien cordialement,

L’équipe de TRANS INTER action et plus particulièrement les membres de son bureau :

Chloé M., co-présidente
Morgan C., co-président
Vincent W., trésorier et secrétaire.

Permanent link to this article: https://trans-inter-action.fr/2016/02/07/courrier-a-france-5-suite-a-lemission-du-magazine-de-la-sante-du-270116/

2 commentaires

    • Lucas Griffon on 8 février 2016 at 11 h 29 min
    • Répondre

    Je regarde souvent Le Magazine de la Santé , une émission qui m’ as appris beaucoup de chose !!!
    Mais je suis totalement solidaire de votre courrier , qui est très clair !!!
    Le Magazine de la Santé étant une émission connue , très suivie , c’ est très important de ne pas y colporter de  » clichés  » , d’erreurs graves pour les trans et les intersexes !!!
    Merci donc pour ce courrier . J’ espère que vous nous direz la ou les réponse de cette émission .
    Cordialement

    • elysa on 8 février 2016 at 17 h 53 min
    • Répondre

    bien jouée ! je salut les médias de traitées le sujet de la transidentitées .
    Mais malheureusement c est au trans de l indiquée dans le bon sens .
    c est bien dommage que des gens par peur de dire des conneries ne s y risque pas et du coup nous rende invisible.donc vaux mieux mal que pas du tous mais je salue l intervention qui aide a en parlée correctement.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.